Randonnée au Mont Fuji, le point culminant du Japon

Publié le : 20 décembre 20213 mins de lecture

Après Tokyo, le Mont Fuji est l’une des attractions touristiques les plus populaires au Japon. Son ascension est une randonnée en pente jusqu’à 3 776 m d’altitude. La pente du Fuji-San (non Fujiyama (il arrive que les Occidentaux l’appellent ainsi) est aussi une source de nombreuses légendes et histoires fantastiques. L’intérêt ultime de cette montée est d’admirer le lever ou le coucher depuis le sommet.

Quand peut-on faire une randonnée au Mont Fuji ?

La montée est limitée à une courte saison en fonction des sentiers d’ascension. Pour Yoshida, le sentier le plus fréquemment choisi par les grimpeurs, la période officielle regroupe 2 mois en été: juillet, août et début septembre. Pour les autres sentiers, à savoir Subashiri, Fujinomiya, Gotemba et Ohachi-Meguri, la durée est un peu plus courte. Pour éviter la foule, les weekends et la période d’Obon en mi-août sont à proscrire. Mais la mi-juillet et les débuts du mois de septembre sont les périodes les moins encombrées. Hors de ses saisons touristiques, l’ascension du Mont Fuji est interdite par les autorités en raison de plusieurs accidents.

Quels matériels prévoir pour l’ascension ?

Il faut savoir que la randonnée au Mont Fuji n’est pas une promenade de santé, loin de là. Cette ascension demande une bonne condition physique, de la persévérance et surtout une excellente préparation. Les grimpeurs doivent prévoir tout l’équipement avant l’arrivée au Mont. Il faut notamment prévoir de nombreuses couches de vêtements ainsi qu’un coupe-vent imperméable, de grosses chaussettes, un bonnet et une capuche. Un sac à dos léger et logeable, une lampe frontale, des gants, des lunettes de soleil ainsi qu’un antalgique seront également indispensables. Ne pas oublier la nourriture et quelques boissons. Enfin, il est à noter que plus la montée avance, plus les prix appliqués dans les huttes ou les distributeurs automatiques sont élevés. Donc, il faut prévoir beaucoup de liquide pour la montée et pour la descente.

Quelques conseils pour une randonnée au Mont Fuji

La distance entre les stations et les huttes-relai est très importante. De plus, autant que l’altitude monte, plus l’énergie commence à diminuer. La montée est ainsi un véritable défi, mais qui peut devenir infernale en cas d’embouteillage. C’est pourquoi il faut absolument éviter l’escalade du Mont Fuji en weekend et pendant les vacances scolaires. Il en va de même pour l’Obon. Pour les débutants, il est conseillé de louer les services d’un guide-accompagnateur pour ne pas se perdre durant l’ascension. Cela permet aussi d’éviter les accidents durant la randonnée.

Les lieux à visiter au printemps pour voir les cerisiers en fleurs au Japon
Pourquoi se rendre au Mont Irashi en automne ?

Plan du site